Histoire des Guinguettes
Association Culture Guinguette
Bords de Marne
Canotage
Les arts
Guinguettes et loisirs
Actualités

 

Canotage

> Garages à bateaux

  Histoire Marne et Seine | Sociétés d'aviron et de Kayak | Construction de bateaux | Garages à bateaux | Trophées d'aviron | Bibliographie et liens


Les Garages à bateaux : qualité architecturale et fonctionnalisme

Le garage Briolland au Perreux-sur-Marne



Les premiers garages (Briolland au Perreux et Turban à Joinville) étaient destinés à abriter toute une flottille de canoës destinés à la promenade. Ils devaient être suffisamment vastes et avec peu de lumière, pour protéger les bois précieux (acajou, palissandre, cédrat) de ces embarcations fragiles. Un triple toit était la caractéristique de ces constructions, dont seul l’ancien garage Briolland subsiste de nos jours (1863).

 


Dans l’Ile Fanac à Joinville, Pélissier abritait des bateaux, mais en construisait également.

 


Puis vinrent s’établir les « boat-house » des sociétés de canotage et d’aviron, que ce soit dans les îles (Ile des Loups à Nogent ou Ile Fanac à Joinville) ou le long des quais, de Lagny à Saint-Maur. Le bois est largement utilisé et, comme pour les garages précédents, le but principal est de mettre à l’abri de la lumière et de l’humidité des embarcations au prix élevé (Société Nautique de la Marne ou Garage Perre à Joinville, Société d’Encouragement du Sport Nautique à Nogent ou Société Nautique de Lagny). Les constructions sont donc assez massives et nécessitent une surface foncière importante.

 


Le garage Martin, sur le quai de la Marne, si pittoresque, n’existe plus. L’autoroute A4 passe dessus !

 



Parfois, le club s’installe dans des constructions existantes et y ajoute un garage à bateaux (Société Nautique du Perreux installée dans l’ancien restaurant « Au Coq d’Or ») ou bien il loue une partie d’une construction imposante, comme à « L’Horloge » à Joinville, composée de trois corps de bâtiments. Un premier étage, à l’abri des inondations, sert de salle d’honneur pour ces clubs. Un balcon permet de mieux voir les compétitions sur l’eau. Souvent, des chambres y sont ajoutées pour les sociétaires.


Quai de la Marne à Joinville-le-Pont, le Club Nautique de Paris est devenu l’Aviron Marne et Joinville.

 


Dans les années 1920-1930, c’est le béton qui remplace le plâtre et le bois (Club Nautique de Paris et Société Nautique En Douce à Joinville). Des douches collectives et des salles de musculation peuvent désormais y être installées pour le bien-être des rameurs.

Enfin, signalons que le Canoë Club de France s’était installé au garage de l’Ile Laroche au Perreux. Avant que le C.C.F. ne dispose d’un club-house (1934), les membres du club bénéficiaient d’un vestiaire au Perreux, au garage de l’Etoile.

 

retour haut de page